Billets

Communiqué de presse, 20 janvier 2017

Sous l’influence de Claude, Vincent, Paul… et les autres

L’influence de la peinture impressionniste sur le jeune cinéma français

L’installation cinématographique de Matthias Brunner a été créée pour la Fondation Beyeler à l’occasion de l’exposition « Monet ». Elle dure 30 minutes et est accompagnée musicalement par la Symphonie n° 4 d’Arvo Pärt.

On aurait peine à trouver un genre cinématographique aussi étroitement lié aux beaux-arts que ne l’est le film impressionniste des années 1920 au mouvement impressionniste de la peinture française. D’un point de vue purement stylistique, des pionniers du cinéma et des figures emblématiques de la réalisation comme Abel Gance, Jean Epstein, Germaine Dulac et Louis Delluc ont été fortement marqués par la peinture impressionniste du XIXe siècle. Mais de nombreux autres grands artistes comme Man Ray, qui s’est fait plus tard un nom dans les rangs des surréalistes, ou des réalisateurs comme Jean Vigo et Jean Renoir, qui ont fait partie des représentants du réalisme poétique, ont été influencés dans leurs premières oeuvres par l’impressionnisme français. C’est ainsi que ce mouvement pictural a servi de passerelle à des transformations ultérieures radicales du langage cinématographique.

Ceux qui regrettent l’absence des couleurs de la peinture impressionniste dans le cinéma encore si jeune de l’époque en seront largement dédommagés par le raffinement de la technique cinématographique, caractérisée par des montages rapides, des accélérés, des flous, des surimpressions, des réflexions lumineuses, etc. Peut-être est-ce l’oeuvre de Jean-Luc Godard qui permet le mieux – aujourd’hui encore – d’appréhender le dialogue entre peinture et cinéma. Ses films contiennent en effet de très nombreuses citations tirées de la peinture et de l’histoire de l’art.

Il convient de mentionner tout particulièrement des réalisateurs étrangers comme Sergueï Eisenstein et G.V. Alexandrov, qui ont tourné en France « Romance sentimentale », ainsi qu’un autre Russe, Dimitri Kirsanoff, qui a tourné en Suisse la production franco-helvétique légendaire « Rapt », d’après Ramuz, sans oublier Alberto Cavalcanti, réalisateur brésilien installé à Paris avec « Rien que les heures ». Leurs films – tous des productions françaises – peuvent parfaitement rivaliser avec ceux des réalisateurs français et sont très régulièrement mis en relation avec le film impressionniste français.

Le collage cinématographique comprenant des extraits de 25 films des 12 réalisateurs les plus célèbres qui faisaient alors fureur en France doit être considéré comme un hommage à la peinture impressionniste et au film impressionniste qui a donné naissance par la suite au « cinéma pur », au film abstrait, ainsi qu’au surréalisme et au réalisme poétique.

Nous remercions tout particulièrement :

Dr. h.c. Sam Keller
Dr. Ulf Küster
Prof. Dr. Gottfried Boehm
Dr. Pamela Kort
Christian Wirtz
Heinz Spoerli
Jürg Steinacher

À la mémoire de :

Jean Epstein; Man Ray; Abel Gance; Dimitri Kirsanoff; Louis Delluc; Sergej Eisenstein; Germaine Dulac; G.V. Alexandrov; Jean Renoir; Alberto Cavalcanti; Louis Feuillade; Jean Vigo


Téléchargez comme PDF