Biographie

Max Ernst avec cheval à bascule, Paris, 1938 © 2013, ProLitteris, Zurich Photo: Max Ernst Museum Brühl des LVR, Stiftung Max Ernst
Dorothea Tanning et Max Ernst avec la sculpture en ciment Capricorne (détail), Sedona, Arizona, 1948 © 2013, ProLitteris, Zurich
Biographie

Max Ernst, 1891 – 1976


Allemagne 1891 – 1922
1891   
Max Ernst naît le 2 avril à Brühl près de Cologne. Il est le troisième des neuf enfants de Philipp Ernst, instituteur pour sourds-muets et peintre amateur, et de son épouse Luise.

1910 – 1914    Études à l’université de Bonn: philosophie classique, psychologie, psychiatrie et histoire de l’art.

1913    Participe à l’exposition des Expressionnistes rhénans. Premier bref séjour à Paris. Il rencontre Guillaume Apollinaire et Robert Delaunay chez August Macke.

1914    Début de son amitié avec Hans Arp dont il fait la connaissance à la Galerie Feldmann de Cologne. Au moment de la Première guerre mondiale, il est incorporé dans l’artillerie.

1918    Mariage avec l’historienne de l’art Luise Straus.

1919    Il fonde avec Hans Arp et Johannes Theodor Baargeld le groupe Dada de Cologne. Exposition Dada à Cologne. Max Ernst réalise ses premiers collages. Rend visite à Paul Klee à Munich.

1920    Naissance de son fils Hans-Ulrich Ernst, surnommé Jimmy.

1921 Première exposition de collages à Paris. Vacances en compagnie de Hans Arp, Sophie Taeuber, Tristan Tzara et André Breton à Tarrenz (Tyrol).


France 1922 – 1941

1922    Max Ernst s’établit à Paris et se sépare de sa femme et de son fils.

1923    Max Ernst s’installe à Eaubonne près de Paris avec Paul et Gala Éluard et se charge de la décoration des pièces. Il expose au Salon des Indépendants de Paris.

1924    André Breton publie son premier manifeste du surréalisme.

1925    Le galeriste parisien Jacques Viot prend Max Ernst sous contrat. Réalisation des premiers frottages.

1926    Max Ernst divorce de Luise Straus.

1927    Mariage avec Marie-Berthe Aurenche. Max Ernst commence les séries de Horden, Wälder, Muschelblumen et Vogeldenkmäler [Hordes, Forêts, Fleurs-coquillages et Monuments aux oiseaux].

1929    Publication du premier roman-collage La femme 100 têtes.

1930    Petit rôle dans le film L’âge d’or de Luis Buñuel. Fondation de la revue Le surréalisme au service de la révolution. Fait la connaissance d’Alberto Giacometti.

1932    Premières expositions individuelles aux États-Unis, à la Julien Levy Gallery de New York.

1934    Séjour d’été à Zürich pour réaliser un tableau mural au Corso Bar. Il fait la connaissance de l’écrivain James Joyce.

1936    Il quitte Marie-Berthe Aurenche. 48 de ses toiles sont présentées à New York, dans le cadre de l’exposition Fantastic Art, Dada, Surrealism.

1937    Publication de l’article Au-delà de la peinture dans la revue des Cahiers d’art. Le numéro spécial est consacré à Max Ernst. Réalisation de la toile « Der Hausengel » [L’Ange du foyer]. En Allemagne, un grand nombre de ses tableaux sont confisqués et une de ses toiles figure dans l’exposition munichoise organisée par les autorités pour stigmatiser l’Art dégénéré.

1938    Max Ernst quitte le groupe des surréalistes et s’installe avec sa compagne, l’artiste Leonora Carrington, à Saint-Martin d’Ardèche dans le sud de la France.

1939/1940    En tant que « ressortissant d’une puissance ennemie », Max Ernst est interné à deux reprises. Il est libéré grâce à l’intervention de Paul Éluard. Réalisation de nombreuses œuvres employant la technique de la décalcomanie.


Amérique 1941 – 1953

1941    Peggy Guggenheim facilite sa fuite aux États-Unis. Il voyage avec elle en Californie, dans l’Arizona, au Nouveau-Mexique, à la Nouvelle-Orléans. Mariage avec Peggy Guggenheim en décembre.

1941    Participation à l’exposition montée à New York par André Breton et Marcel Duchamp First Papers of Surrealism et publication de la revue VVV. Il fait la connaissance de l’artiste Dorothea Tanning. Développe la technique de l’oscillation.

1943    Il divorce de Peggy Guggenheim. Passe l’été dans l’Arizona avec Dorothea Tanning.

1944    Max Ernst travaille à Great River, Long Island, et réalise une nouvelle série de sculptures.

1945    Il écrit le scénario d’un épisode du film de Hans Richter Dreams That Money Can Buy auquel il participe comme acteur. 

1946    Il s’installe avec Dorothea Tanning à Sedona, Arizona, où ils construisent une maison. Double mariage à Beverly Hills : Max Ernst épouse Dorothea Tanning, Man Ray épouse Juliet Browner.

1947    Dernière grande exposition surréaliste à la Galerie Maeght de Paris.

1948    Début du travail sur la sculpture « Capricorne ». Robert Motherwell publie Max Ernst. Beyond Painting, and Other Writings by Max Ernst and his Friends. Max Ernst obtient la nationalité américaine.

1950    Voyage en Europe avec Dorothea Tanning. Loue un atelier à Paris.

1951    À l’occasion de son soixantième anniversaire, sa ville natale, Brühl, expose la première grande rétrospective allemande.

1952    Yves Tanguy lui rend visite à Sedona. Max Ernst prononce une série de conférences à Honolulu.


Europe 1953 – 1976

1953    Dorothea Tanning et Max Ernst regagnent Paris. Il travaille Impasse Ronsin à côté de l’atelier de Constantin Brancusi. Le poème illustré de huit lithographies Das Schnabelpaar est publié aux éditions Ernst Beyeler.

1954    Max Ernst obtient le Grand Prix de Peinture à la 27e Biennale de Venise. Il est exclu du groupe des surréalistes par André Breton.

1955    Avec Dorothea Tanning, il s’installe à Huismes près de Chinon en Touraine. Première exposition individuelle à la Galerie Beyeler.

1956    Max Ernst devient membre de l’Académie berlinoise des Beaux-Arts. La Kunsthalle de Berne lui consacre une rétrospective.

1957    Max Ernst obtient le Grand Prix de Peinture du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie. Nouvelle collaboration avec le réalisateur Hans Richter pour son film 8 x 8.

1958    Il prend la nationalité française. En septembre, il expose 40 œuvres dans le cadre de l’exposition DADA. Dokumente einer Bewegung, à la Kunsthalle de Düsseldorf et au Stedelijk Museum d’Amsterdam.

1959 – 1962    Grandes rétrospectives à Paris, New York, Chicago, Londres, Cologne et Zürich.

1963    Tournage du film Entdeckungsfahrten ins Unbewusste [Découverte de l’inconscient] consacré à Max Ernst, par Peter Schamoni. Deux ans plus tard, Schamoni réalisera un autre film sur la vie d’Ernst: Mein Vagabundieren – meine Unruhe. [Mes vagabondages, mes inquiétudes]

1964    Max Ernst et Dorothea Tanning s’installent dans le Sud de la France (Seillans). Participation à la documenta III.

1966    Nommé Officier de la Légion d’Honneur. Participe à des expositions à Venise, Zürich, Berne. Rencontre avec Werner Spies.

1967    Gravures en couleurs pour Aus einem aufgegebenen Werk [D’un ouvrage abandonné]. Travaux d’orfèvrerie à la Galerie Le Point Cardinal d’après des esquisses d’Ernst, Arp, Derain, Hugo, Picasso, Tanning et al.

1968    Réalisation des décors de La Turangalîla d’Olivier Messiaen pour l’Opéra de Paris.

1969/70    Grandes expositions à Stockholm, Amsterdam et Stuttgart. On peut voir les tableaux muraux d’Eaubonne redécouverts chez François Petit à Paris.

1972    Devient docteur honoris causa de l’université de Bonn. Participation à la documenta 5.

1974    Deuxième exposition individuelle à la Galerie Beyeler.

1975    Voyage à New York à l’occasion de la grande rétrospective au Solomon R. Guggenheim Museum, qui sera présentée ensuite au Grand Palais de Paris. Publication des deux premiers volumes du catalogue de son œuvre.

1976    Max Ernst meurt le 1er avril, dans la nuit précédant ses 85 ans. Il est inhumé au cimetière du Père Lachaise. Le Kaiserring, le prix d’art de la ville de Goslar, lui est décerné à titre posthume.

Station