Introduction

Mêle moments, 1976, Acryle sur papier entoilé, Private Collection, Courtesy Pace Gallery, © 2015, ProLitteris, Zurich
Le commerce prospère, 1961, Huile sur toile, The Museum of Modern Art, NY, Mrs. Simon Guggenheim Fund, Foto: © 2015. Digital image, MoMa © 2015, ProLitteris, Zurich
Paysage aux argus, 1955, Collage d'ailes de papillons, 20.5 x 28.5 cm, Collection Fondation Dubuffet, Paris, Foto: © Pro Litteris, Zurich
Façades d'immeubles, 1946, Huile sur toile, National Gallery of Art, Washington, Gift of the Stephen Hahn Family Collection, 1995
Coucou Bazar (Detail), 1972-1973, Installationsansicht, Collection Fondation Dubuffet, Paris, Foto: Les Arts Décoratifs, Paris/Luc Boegly, © 2015, ProLitteris, Zurich
Vache la belle fessue, 1954, Huile sur toile, Collection of Samuel and Ronnie Heyman – Palm Beach, FL
Le Voyageur égaré, 1950, Huile et sable sur toile, Fondation Beyeler, Riehen/Basel, Sammlung Beyeler, Foto: Cantz Medienmanagement, Ostfildern
Le cadastre, 1960, Silber- und Goldfolie, Pappmaché, Sand und Kunststoff auf Hartfaserplatte, Collection Van Abbemuseum, Eindhoven, NL, Foto: Peter Cox, Eindhoven, NL
Jean Dubuffet – Métamorphoses du Paysage 31 janvier - 8 mai 2016

Jean Dubuffet (1901–1985) fait partie des artistes qui ont profondément marqué la seconde moitié du XXe siècle. Stimulé par les travaux d’artistes en marge des circuits culturels, Dubuffet a réussi à s’affranchir des traditions et à réinventer l’art. Son influence se fait encore sentir dans l’art contemporain et dans le Street Art, notamment dans les travaux de David Hockney, Jean-Michel Basquiat et Keith Haring.

Dans la première grande rétrospective montée en Suisse au XXIe siècle, la Fondation Beyeler présente à travers une centaine d’œuvres la création riche en facettes et très diversifiée de Jean Dubuffet. Cette exposition prend pour point de départ sa représentation fascinante du paysage, susceptible de se transformer en corps, en visage et en objet. Dans ses œuvres, l’artiste avide d’expériences a utilisé des techniques inédites et des matériaux nouveaux, tels que le sable, les ailes de papillons, les éponges et le mâchefer, créant ainsi un univers pictural tout à fait singulier et d’une grande originalité.

Ernst Beyeler ayant été très impressionné par l’art de Dubuffet, une étroite collaboration s’est nouée entre les deux hommes, conduisant à un contrat d’exclusivité entre le galeriste et l’artiste. Au fil des décennies, ce sont plus de 750 œuvres de Dubuffet qui ont été vendues par l’intermédiaire de la Galerie Beyeler. L’intérêt d’Ernst Beyeler pour la création de Dubuffet se reflète aussi largement dans la Collection de la Fondation Beyeler, qui contient de nombreux chefs-d’œuvre de cet artiste. 

Parallèlement à des peintures et des sculptures issues de toutes les phases de création majeures de Dubuffet, cette exposition présente sa spectaculaire œuvre totale intitulée Coucou Bazar, associant peinture, sculpture, théâtre, danse et musique. 

Cette exposition a été rendue possible par des prêts de musées internationaux et de grandes collections particulières ainsi que de la Fondation Dubuffet de Paris et généreusement soutenu par Dr. Christoph M. et Sibylla M. Müller.

Le commissaire de l’exposition est Raphaël Bouvier.

Introduction »JEAN DUBUFFET«

Tour de l'exposition »Jean Dubuffet – Métamorphoses du Paysage« avec le commissaire Raphaël Bouvier

Performance Coucou Bazar

A l’occasion de l’exposition » Jean Dubuffet « des personnages de l’extraordinaire spectacle Coucou Bazar sont animé dans l’exposition tous les mercredis (15 / 17 heures), tous les dimanches (14 / 16 heures) et nouveau tous les samedis (14 heures).

Conférence avec Sophie Webel

Sophie Webel, directrice de la Fondation Dubuffet, décris la genèse de cette institution, les motivations de l’artiste et ses objectifs en fondant une structure indépendante, » loin de ces morgues d’embaumements que sont les musées «. Cette présentation sera complétée par un aperçu des activités de la Fondation, basée sur une importante collection et des archives uniques en leur genre. 

La conférence est en français et comprise dans le prix d’entrée du musée.

Jeudi, 3 mars 2016, 18h30

Station