2012 - 2013

Untitled, 1941, Tôle, fil de fer et peinture, 30,5 x 101,6 x 55,2 cm, Calder Foundation, New York; Bequest of Mary Calder Rower, 2011
Untitled, 1941, Tôle, fil de fer et peinture, 30,5 x 101,6 x 55,2 cm, Calder Foundation, New York; Bequest of Mary Calder Rower, 2011
Vue d'installation de la Fondation Beyeler
Vue d'installation de la Fondation Beyeler
Calder Gallery

La Fondation Beyeler s’engage dans une coopération de plusieurs années avec la Calder Foundation de New York. Des œuvres appartenant à la Calder Foundation seront exposées dans une série de mises en scène, la « Calder Gallery ». Il s’agit d’établir à la Fondation Beyeler une présence permanente, unique en Europe, d’œuvres du grand artiste américain Alexander Calder (1898–1976) et d’apporter une contribution à l’étude de son œuvre. Cette démarche de la Fondation Beyeler se rattache à la fois à sa grande exposition « Calder – Miró » (2004) et à la série de « Rothko Rooms », qui a vu le jour en collaboration avec le Rothko Estate. La première « Calder Gallery » est un hommage à Mary Calder Rower, la plus jeune fille d’Alexander Calder, décédée l’année dernière et qui a légué à la Calder Foundation plus de 1000 œuvres de son père.

La première présentation d’un ensemble choisi d’œuvres isolées commence par des travaux du début des années 1930, la période parisienne décisive durant laquelle Calder fait du mouvement le thème de sa réflexion artistique. Elle se poursuit par des travaux du début des années 1940, la période médiane de création ancrée cette fois en Amérique et qui voit également la première grande rétrospective au Museum of Modern Art de New York (1943). Elle s’achève enfin par un mobile marquant de la dernière année de l’existence de l’artiste, 1976, conclusion d’une phase d’une productivité impressionnante. On associe volontiers la légèreté des œuvres de Calder qui, faites de surfaces et de lignes dépourvues de masse, se transforment par leur propre mouvement en volumes, à des images de jeu et de gaieté. Cette première présentation est pourtant centrée autour d’un autre aspect, lié de façon presque essentielle à l’énergie cinétique des œuvres : il s’agit de l’expérience du temps, que peut faire tout spectateur dans la perception d’un mobile à titre individuel et dans son propre présent.

On a pu voir régulièrement des œuvres d’Alexander Calder dans la galerie d’Ernst Beyeler depuis la fin des années 1950. En 1972, la Galerie a présenté l’exposition Calder, Miró. En 2004, ces deux artistes ont été réunis dans une vaste exposition de la Fondation Beyeler. Deux grandes œuvres de Calder appartiennent à la Collection Beyeler : Otto’s Mobile, 1952, et la sculpture The Tree, 1966, dans le parc du musée (absente pour des raisons d’entretien jusqu’à l’automne 2012).

La « Calder Gallery » de la Fondation Beyeler fera l’objet de réaménagements à intervalles réguliers. La première présentation est montée par Theodora Vischer, Senior Curator de la Fondation Beyeler.

Interview avec Alexander S. C. Rower et Theodora Vischer
Station