Felix Gonzalez-Torres

Vue d'installation
Vue d'installation de « America », Mittlere Brücke Bâle
Vue d'installation
Vue d'installation
Felix Gonzalez-Torres « Specific Objects without Specific Form » 22.5. – 29.8. 2010

La Fondation Beyeler accueille une partie de la rétrospective itinérante majeure consacrée à l’artiste américain d’origine cubaine Felix Gonzalez-Torres (1957–1996), l’une des figures les plus influentes de sa génération. Comprenant à la fois des œuvres rarement présentées et des peintures, sculptures, travaux photographiques et projets publics plus connus provenant de collections publiques et privées réparties dans tous les États-Unis et en Europe, cette exposition fondamentalement novatrice se présente sous une forme expérimentale redevable à la conception radicale qu’avait lui-même cet artiste du travail artistique. Deux installations différentes de l’exposition seront présentées à la Fondation Beyeler : la première version sera réinterprétée à partir du 31 juillet par l’artiste Carol Bove qui procèdera en partie à un nouvel accrochage.

L’exposition reflète la carrière brève mais prolifique de Gonzalez-Torres qui s’installe à New York à la fin des années 1970 où il étudie la photographie puis poursuit son œuvre d’artiste jusqu’à sa mort prématurée indirectement liée au sida en 1996, à l’âge de trente-huit ans. En un temps relativement court, il a créé une œuvre profondément marquante qui peut être lue comme une mise en perspective critique de l’art conceptuel et du minimalisme. Il mêle critique politique, effets émotionnels et préoccupations foncièrement formelles à travers un panel de médias incluant les dessins, la photographie, la sculpture et les panneaux d’affichage, en prenant souvent pour point de départ des objets ordinaires tels que des horloges, miroirs, rideaux de perles, puzzles ou ampoules.

À la Fondation Beyeler, l’exposition s’inspire de la manière d’envisager l’objet et sa présentation non conventionnelle de l’artiste, et elle n’est pas strictement confinée à l’espace d’exposition : ainsi, elle commence dans le hall d’entrée de l’institution, occupe le foyer et est répartie dans l’ensemble de sa collection permanente ainsi que dans les galeries souterraines et l’espace public. Par conséquent, les visiteurs appréhendent l’œuvre de Gonzalez-Torres parmi, au-dessus et autour des pièces de la collection de la Fondation Beyeler, qui est présentée ici telle que l’artiste la présentait lui-même très souvent, c’est-à-dire positionnée dans des endroits marginaux et inattendus. C’est précisément ces juxtapositions qui permettent au visiteur de mieux comprendre le radicalisme de l’œuvre de Gonzalez-Torres : dans le contexte de telles salles, qui abritent de nombreux chefs-d’œuvre du modernisme salués par la critique, l’évanescence et la mutabilité délibérées des piles de papier et tas de bonbons de Gonzalez-Torres, la cohérence fragile de ses puzzles, la corporéité sensuelle et la matérialité quotidienne de ses rideaux de perles ou guirlandes lumineuses répondent au mode de fonctionnement de la peinture et de la sculpture traditionnelles et s’en différencient de manière très individuelle.

Station