Jean Dubuffet

Jean Dubuffet
Ponge feu follet noir, 1947
Le voyageur égaré, 1950
Corps de dame – Pièce de boucherie, 1950
Le très riche sol, 1956
Table de barbe, 1959
Autobus Gare Montparnasse, 1961
Chassé-croisé, 1961
Vertu virtuelle, 1963
Automobile à la route noire, 1963
Site avec trois personnages, 1974
Incitations divergentes, 1976
Argument et contexte, 1977
Ponge feu follet noir, 1947
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jean Dubuffet
Ponge feu follet noir, 1947

Huile sur toile sur pavatex, 132,5 x 99,5 cm
Photo: Peter Schibli, Basel

C’est avec une résolution farouche que Jean Dubuffet oppose ses œuvres subversives, humoristiques et comiques à l’art forcément passéiste des musées. Il voulait faire voler en éclats toutes les normes, et prônait un art rétif, l’« art brut ». Ses œuvres s’inspirent des productions de malades mentaux, de marginaux, d’autodidactes et d’enfants dont les contacts avec l’« art culturel » sont encore très restreints. Dubuffet explore de nouvelles possibilités de création, contraires à toutes les règles de l’art, jusque dans les genres picturaux traditionnels— portrait, nu féminin, paysage —, comme ici, dans ce portrait antipsychologique et anti-individualiste de l’écrivain Francis Ponge sous les traits d’un « feu follet noir ».

Le voyageur égaré, 1950
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jean Dubuffet
Le voyageur égaré, 1950

Huile sur toile, 130 x 195 cm
Photo: Cantz Medienmanagement, Ostfildern

Dans Le voyageur égaré, qui s’inscrit dans la série des «  Paysages grotesques », Dubuffet ne représente plus un paysage ; c’est la matière picturale, la pâte croûteuse sur la toile de grand format, qui est  le paysage, formé de l’application de couleur, de stries et de fissures ménagées dans la couche picturale. Les catastrophes qui ont marqué le XXe siècle suggèrent l’image de l’homme sous les traits d’un voyageur égaré. On peut également interpréter cette œuvre comme un commentaire sur la situation de l’époque. Les expériences et les théories de Dubuffet ont fortement marqué l’art européen et américain des années 1950 et 1960.

Corps de dame – Pièce de boucherie, 1950
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jean Dubuffet
Corps de dame – Pièce de boucherie, 1950

Huile sur toile, 116 x 89 cm
Photo: Peter Schibli, Basel

Le nu au titre provocant — Corps de dame – Pièce de boucherie — a été appliqué sur la toile comme de l’enduit et présenté comme un graffiti préhistorique.

Le très riche sol, 1956
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jean Dubuffet
Le très riche sol, 1956

Huile sur toile (assemblage), 156 x 117 cm
Photo: Peter Schibli, Basel

Table de barbe, 1959
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jean Dubuffet
Table de barbe, 1959

Huile sur toile, 130 x 97 cm
Photo: Robert Bayer, Basel

Autobus Gare Montparnasse, 1961
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jean Dubuffet
Autobus Gare Montparnasse, 1961

Gouache sur papier, 67 x 67 cm
Photo: Cantz Medienmanagement, Ostfildern

Chassé-croisé, 1961
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jean Dubuffet
Chassé-croisé, 1961

Huile sur toile, 81 x 100 cm
Photo: Robert Bayer, Basel

Vertu virtuelle, 1963
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jean Dubuffet
Vertu virtuelle, 1963

Huile sur toile, 98 x 131 cm
Photo: Robert Bayer, Basel

Dans les années 1960, l’art de Dubuffet accomplit une véritable volte-face. Renonçant à l’utilisation de techniques et de matériaux expérimentaux, il cherche désormais dans son gigantesque cycle de l’« Hourloupe » (1962–1974) à s’emparer du virtuel et de l’irréel.  Dans le fourmillement de lignes, de couleurs et de formes de Vertu virtuelle, le regard du spectateur ne trouve plus de point d’appui, il saute d’une figure à l’autre et s’enlise constamment dans telle ou telle figure grotesque animale ou humaine.

Automobile à la route noire, 1963
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jean Dubuffet
Automobile à la route noire, 1963

Huile sur toile, 195 x 150 cm
Photo: Peter Schibli, Basel

Site avec trois personnages, 1974
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jean Dubuffet
Site avec trois personnages, 1974

Peinture vinyle sur bois aggloméré découpé, 269,5 x 446,7 cm
Photo: Robert Bayer, Basel

Les trois figures de gnomes de Site avec trois personnages naissent des mêmes formes élémentaires, des mêmes couleurs et hachures que les espaces intermédiaires qui les entourent. Le tableau est une devinette, une énigme bizarre, un jeu aussi avec la perception du volume dans un tableau bidimensionnel, peint pour percer à jour notre propre perception et notre propre vision.

Incitations divergentes, 1976
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jean Dubuffet
Incitations divergentes, 1976

Acrylique sur papier sur toile, (28 parties), 173 x 291 cm
Photo: Christian Baur

Argument et contexte, 1977
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jean Dubuffet
Argument et contexte, 1977

Acrylique sur papier sur toile, (66 parties), 201 x 249 cm
Photo: Robert Bayer, Basel

Jean Dubuffet
Jean Dubuffet
Jean Dubuffet
1901, Le Havre – 1985, Paris Le peintre, sculpteur et écrivain français a élaboré son œuvre à partir des réalisations spontanées d’enfants et de malades mentaux. La Compagnie de l’Art brut qu’il crée en 1959 prône un art affranchi de toutes les normes esthétiques courantes et de toute formation académique. En 1962, il crée un langage artistique figuratif-abstrait qu’il appelle l’« Hourloupe ». Dans son œuvre tardive, Dubuffet renoue avec les techniques informelles. Ses tableaux peints ou dont le fond structuré est incisé pour créer du relief trouvent également leur inspiration dans les matériaux utilisés, artificiels ou naturels, comme le plâtre, le sable, la colle ou le mastic, appliqués à la truelle, pétris, éraflés et griffonnés.
Station