Roy Lichtenstein

Roy Lichtenstein
Ball of Twine, 1963
Mirror, 1972
Girl with Tear III, 1977
Painting in Landscape, 1984
Beach Scene with Starfish, 1995
Ball of Twine, 1963
Add to favorites 

Exposé actuellement au Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid

Roy Lichtenstein
Roy Lichtenstein
Ball of Twine, 1963

Magna sur toile, 101.60 x 91.40 cm

Mirror, 1972
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Roy Lichtenstein
Mirror, 1972

Miroir
Huile et Magna sur toile, 122 cm de diamètre
Photo: Robert McKeever, Estate of Roy Lichtenstein

La série des Mirrors inaugurée par Lichtenstein en 1969 repose sur des images de miroirs qui avaient attiré l’attention de l’artiste dans des catalogues de miroiteries. Lichtenstein s’est surtout intéressé à la possibilité de reproduire des phénomènes intangibles — les reflets de la surface par exemple — par des signes picturaux concrets tels que des points, des lignes et des plans, et de les traduire dans son langage pictural. Il a ainsi réussi dans Mirror à rendre l’immatérialité du reflet dans une toile abstraite tout en conservant à ce tableau miroir son caractère d’objet, à travers le format circulaire et le cadre peint. Avec Mirror, l’artiste se livre à un discours raffiné sur l’essence de la réalité, de l’art et de l’illusion, et sur leurs rapports réciproques, discours qu’il poursuit sous une forme conceptuelle et esthétique différente dans Painting in Landscape, une autre toile de la Fondation.

Girl with Tear III, 1977
Add to favorites 

Exposé actuellement au Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid

Roy Lichtenstein
Girl with Tear III, 1977

Jeune fille à la larme III
Huile et Magna sur toile, 117 x 101,5 cm
Photo: Robert Bayer, Basel

Cette œuvre est la dernière version d’une suite de tableaux en trois parties réalisée en 1977, dans laquelle Lichtenstein se réfère d’une part au vocabulaire pictural de Dalì et Picasso, et réinterprète de l’autre certains de ses propres motifs dans un esprit surréaliste. Il y déforme ainsi certains éléments du visage des beautés de bandes dessinées de ses travaux antérieurs ; ceux de la femme blonde en pleurs de Hopeless de 1963 (Kunstmuseum Bâle), par exemple dont les larmes semblent servir de point de départ au fragment de visage amorphe de Girl with Tear III. En équilibre précaire et  pourtant stable, la figure apparaît dans son ambivalence formelle comme un dessin-rébus, dont les contours hésitent entre ceux d’un profil de jeune fille et ceux d’un visage de sorcière — hommage de Lichtenstein à l’art surréaliste et en même temps à sa perception.

Painting in Landscape, 1984
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Roy Lichtenstein
Painting in Landscape, 1984

Peinture dans un paysage
Huile sur toile, 127 x 152,5 cm
Photo: Peter Schibli, Basel

Beach Scene with Starfish, 1995
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Roy Lichtenstein
Beach Scene with Starfish, 1995

Scène de plage avec étoile de mer
Huile et Magna sur toile 300,5 x 604 cm
Photo: Robert Bayer, Basel

Deux ans avant sa mort, Roy Lichtenstein a créé cette toile immense qui montre quatre beautés nues jouant au ballon sur la plage. Au-delà de cette représentation immédiate, cette grande composition révèle d’autres aspects, dont certains se rattachent à des œuvres antérieures de l’histoire de l’art. Ainsi, les baigneuses, le ballon étoilé, les cabines de bain mais aussi les rochers qui s’élèvent à l’arrière-plan figurent déjà sur les minuscules tableaux de plage de Picasso de 1931 – auxquels Lichtenstein érige ainsi un monument de grand format. En même temps, Lichtenstein se cite lui-même, car les cheveux dans le vent des deux femmes situées sur les côtés renvoient à ses propres tableaux « Brushstroke », qui déclinent le thème du portrait d’un coup de pinceau. Un jeu subtil de tramages et de traits retire encore de sa superficialité au tableau et le transforme en célébration extatique de la peinture occidentale.

Roy Lichtenstein

1923, New York – 1997, New York

Le peintre et graveur américain est l’un des fondateurs et des principaux représentants du Pop Art américain. Ce n’est que vers 1960, à la suite de ses années d’études et après avoir enseigné un certain temps et vendu très peu d’œuvres, que Roy Lichtenstein trouve son style original, transférant sur ses toiles les points de trame du procédé d’impression. En plus de l’univers des bandes dessinées, ses toiles de grand format s’inspirent du quotidien, d’illustrations ou de petites annonces de journaux et de périodiques. Plus tard, Roy Lichtenstein adapte des œuvres de Cézanne, Matisse ou Mondrian. Entre 1969 et 1972, il réalise les « Mirror Paintings » et quelques peintures murales de grand format. Au cours de ses dernières années de création, dans les années 1990, Lichtenstein se consacre de plus en plus au travail plastique.

Station