Jacques Lipchitz

Jacques Lipchitz
Figure, 1926–1930
Add to favorites 

Non exposé actuellement

Jacques Lipchitz
Figure, 1926–1930

Bronze, exemplaire 7/7, Modern Art Foundry,
Long Island City, 216 x 98 cm
Photo: Peter Schibli, Basel

Vers le milieu des années 1920, Jacques Lipchitz, originaire de Lituanie et établi à Paris, s’est intéressé au rapport entre espace et matière et a créé une série de sculptures qu’il a intitulées « transparents ». Figure est l’une des œuvres clés de cette période. Deux éléments entrecroisés en forme de tenaille reposent sur un socle rond. Les encoches de la patrie étroite de la « tenaille » et la tête dotée de deux « yeux » qui domine la sculpture révèlent qu’il s’agit de la représentation stylisée d’une femme. Figure ne renie pas du tout son ancrage dans la sculpture moderne — il suffit pour s’en convaincre de songer aux travaux de Constantin Brancusi –, mais sa conception formelle se rapproche beaucoup de la sculpture africaine, comme le révèle notamment le pilon rituel (deble) du Mali conservé à la Fondation Beyeler.

1891, Druskienniki - 1973 Capri

Le sculpteur français d’origine polonaise étudie à partir de 1909 à l’École des Beaux-Arts et à l’Académie Julian de Paris, où il fait la connaissance de Picasso et du cercle des cubistes, dont l’empreinte se reflète nettement dans son œuvre. Ses premières sculptures cubistes réalisées vers 1913 sont suivies par des travaux réalisés au ciseau dans la pierre, où les figures et les têtes sont réduites à des formes simples, en blocs, partiellement colorées. En 1925, Lipchitz se lance dans une série de sculptures « transparentes », qui laissent place à l’espace, grâce à la méthode de la cire perdue, et se détache ainsi du langage formel cubiste. Les sculptures anguleuses s’effacent devant un style plastique affranchi de toute contrainte, qui s’exprime par le recours plein de liberté à des formes naturelles, de plus en plus organiques. En 1940, lorsque les Allemands occupent Paris, il se refugie à Toulouse avant d’émigrer à New York. Lipchitz a participé deux fois à la « documenta » de Kassel (1959 et 1964).

Station