Georges Seurat

Georges Seurat
L’homme couché (Etude pour »Une baignade, Asnières«), 1883/84
Add to favorites 

Exposé actuellement à la Kröller-Müller Museum, Otterlo

Georges Seurat
L’homme couché (Etude pour »Une baignade, Asnières«), 1883/84

Crayon Conté sur papier Ingres Michallet, 24,5 x 31,5 cm
Photo: Peter Schibli, Basel

Ce dessin est une étude préparatoire pour la figure qui occupe le premier plan sur la toile intitulée Une baignade, Asnières (National Gallery, Londres). Seurat est considéré comme l’inventeur du pointillisme : ses toiles sont composées de petits points de couleur généralement pure qui, juxtaposés, se fondent dans l’œil du spectateur comme une trame d’imprimerie moderne. À l’image de Cézanne, Seurat a introduit dans la peinture un élément constructif indépendant du sujet, créant ainsi une condition essentielle au développement de l’art abstrait. La craie tendre et la structure du papier donnent eux aussi l’impression que l’image est composée de minuscules éléments abstraits.

Georges Seurat

1859, Paris – 1891, Paris

L’artiste français, marqué par l’étude classique académique des maîtres du Louvre et par les œuvres de Delacroix, est considéré comme le fondateur et le principal représentant du néo-impressionnisme et comme un des plus importants pointillistes. En 1879, il se détourne des idéaux académiques sous l’effet de l’exposition des impressionnistes. Les ouvrages « Les Phénomènes de la vision » de David Sutter et « La théorie scientifique des couleurs » d’Odgen Rood lui ont inspiré un vif intérêt pour les phénomènes de la lumière et de la couleur. Il est représenté pour la première et dernière fois au Salon parisien en 1883. Son amitié avec Paul Signac lui ouvre la porte des milieux de l’avant-garde artistique, sur laquelle il exerce une grande influence par ses théories sur les couleurs. Les toiles de Seurat sont marquées par un style expérimental en matière de forme, de couleur et de conduite de la ligne, qui, en dernier ressort s’oppose explicitement au traitement formel de l’impressionnisme.

Station