Architecture

Vue extérieure, entrée du musée, signature sur le porphyre rouge
Vue extérieure, façade ouest, vue depuis la colline de Tüllingen
Vue du musée, bassin aux nymphéas
Photo de détail de la verrière
Vue de la salle Monet
Vue du jardin d’hiver avec la colline de Tüllingen
Vue extérieure de la Villa Berower Park avec la terrasse
Berower Park, Pavillon
Une architecture tournée vers l’art et vers la nature

Ernst Beyeler a trouvé dans sa ville de Riehen un terrain idéal par sa proximité avec la nature. Un lieu parfait pour oublier l’espace et le temps, à l’abri de l’agitation quotidienne.

L’idée
Le musée doit être au service de l’art et éviter toute extravagance architecturale. Les salles se définissent par l’équilibre de leurs proportions, le choix des matériaux et une luminosité particulière. Le calme discret de l’architecture préserve le caractère des œuvres d’art.

Le plan
Les deux murs extérieurs existants du parc ont inspiré la conception du plan. Quatre murs de 115 mètres sont implantés parallèlement, dans le sens nord-sud. Des murs perpendiculaires divisent ces axes, dessinant des salles de différentes dimensions.

Les murs
On a recherché une pierre naturelle qui s’intégrerait dans le paysage comme si le bâtiment avait toujours existé. La friabilité du grès local étant incompatible avec l’idée de permanence que devait transmettre le musée, on a trouvé en Patagonie un porphyre de toute beauté. Les cargos l’ont utilisé comme lest, ce qui a permis de le transporter à moindres frais.

La verrière
Le musée devait être baigné de lumière naturelle, ce qui a inspiré l’idée d’une verrière légère. Posée comme un élément indépendant sur les murs de fondation solides, elle crée un contraste avec le mur de pierre robuste. La verrière capte la lumière du nord, et le bâtiment est à l’abri de la lumière d’est et d’ouest. Au nord et au sud, le toit déborde largement au-dessus de la maçonnerie, protégeant les façades vitrées des rayons du soleil. Les vitres en lames de verre au fini mat évitent les projections d’ombres dans les salles. On observe pourtant à l’intérieur des salles de légères modifications de luminosité qui crée une atmosphère pleine de vie.

Les salles d’exposition
L’alternance de salles aux proportions différentes assure des itinéraires de visite dépourvus de toute monotonie. Les conduits de ventilation intégrés dans le sol répandent un air frais et climatisé dans les salles.

Le jardin d’hiver
La façade ouest s’ouvre sur le paysage paisible des champs de céréales et sur le vignoble de la colline de Tüllingen. C’est un lieu de calme idéal pour des expériences artistiques intenses. Un endroit où l’on a envie de s’attarder.

Le bassin de la façade sud
Le plan d’eau aux nénuphars reflète les œuvres de Monet et constitue une transition en douceur entre intérieur et extérieur. L’art y rencontre la nature en toute harmonie. La pelouse en terrasse parsemée de pierres où s’asseoir invite à contempler de l’extérieur les œuvres d’art du musée.

Le jardin
Le parc à l’anglaise planté de vieux arbres et parcouru de sentiers de promenade accueillants permet de découvrir des œuvres de Calder et Kelly, de petites mares ainsi que la perspective du pavillon. Par beau temps, on peut s’imprégner du paysage vallonné des environs.

La Villa Berower
La villa rococo, en face du musée, abrite les services administratifs. Le restaurant Berower avec sa terrasse donnant sur le parc offre la possibilité de doubler le plaisir artistique d’un plaisir gastronomique. La Fondation Beyeler au service de tous les sens.

Renzo Piano
Renzo Piano, Fondation Beyeler

Renzo Piano, Fondation Beyeler - Une documentation fascinante sur la genèse du bâtiment. Correspondance entre Ernst Beyeler et Renzo Piano, croquis et nombreuses photos intéressantes disponibles à l’ Art Shop.

Station